Rechercher
  • Pauline Pasquier

Accompagner les pleurs


Voilà un sujet bien délicat pour les nouveaux parents. Votre bébé pleure. C'est un mode de communication (Newman, 1985), une étape normale de l'enfance (Brazelton, 1962).


Il n'a a priori pas faim, il est propre, il n'a ni chaud, ni froid, il ne s'ennuie pas et n'est vraisemblablement pas malade. Parfois vous le prenez dans vos bras et il se calme. Il avait probablement juste besoin de vous, de votre contact. Mais parfois, il reste inconsolable et vous ne comprenez pas ses pleurs. Vous vous sentez désarmé, désespéré, vous ne savez plus quoi faire.


Ce phénomène bien difficile à comprendre épuise les parents et leur procure énormément d'anxiété. En fait, tout bébé, aussi petit soit-il, n'est pas simplement une machine qui mange et qui dort et qui fait ses besoins. Il a des émotions et des tensions qui s'accumulent. Il a des émotions et il ne sait pas trop quoi en faire ni comment les exprimer. Le bébé est facilement confus, frustré, effrayé ou souffre peut-être d'un traumatisme de naissance ou post-naissance? Son seul moyen d'expression, ce sont les pleurs. Et ces pleurs lui permettent d'évacuer les tensions.


Alors, que faire de ces pleurs et comment s'y prendre ? Comment faire pour les accueillir ? Comment les accompagner ? La psychologue pédiatre américaine Aletha Solter le décrit très bien dans son livre "pleurs et colères des bébés...". Il s'agit donc d'accompagner votre enfant dans ces pleurs sans tenter de le calmer. A. Solter recommande de prendre l'enfant dans les bras pour qu'il sente assurément le contact de son parent. Un enfant ne doit jamais pleurer seul ! En tentant de "calmer" votre bébé - c'est à dire si vous le bercez, si vous chantez, si vous lui mettez quelque chose dans la bouche - vous ne lui permettez pas d'exprimer ses émotions. En revanche, lui apporter un cadre de sécurité pour qu'il se sente en confiance pour décharger est primordial. L'écouter pleurer, lui dire que vous l'entendez et que vous êtes là tout à son écoute est important. Il s'agit "d'accueillir ses émotions".


Permettre ces décharges est très bénéfique pour l'équilibre de nos bébés et améliore la qualité de leur sommeil. C'est un peu comme pour nous adultes : lorsque l'on a pleuré on se sent vidé d'un trop-plein d'émotions, notre système nerveux se relâche, on se sent plus léger, plus serein, et le résultat direct de cela c'est que l'on dort mieux. Les larmes aident à restaurer l'équilibre chimique du corps après une expérience stressante. Pleurer l'aide à se soulager, à se guérir.


Oui mais voilà, nous (parents mais surtout mamans) sommes calibrés pour répondre aux pleurs de nos enfants et surtout les arrêter comme on arrête un appel de détresse. Et puis nous mêmes n'avons pas forcément eu l'occasion de laisser sortir ces larmes en étant accompagné quand nous étions petits ? Voilà pourquoi je recommande aux familles d'essayer d'impliquer le papa dans ces accompagnements de pleurs, si la maman ne se sent pas à l'aise de le faire elle-même (ce qui est normal !). Parce qu'en réalité, votre enfant doit se sentir en pleine sécurité et confiance pour pouvoir "décharger" et exprimer ses émotions. Si le parent qui accompagne ces pleurs le fait sans grande conviction ou à contre-coeur, l'enfant s'en rendra compte et la décharge ne sera pas aussi libératrice.


En outre, nous ne sommes pas tous capables d'apprendre à accueillir et accompagner les pleurs de nos enfants, mais peut-être pouvons-nous essayer ? Je suis là pour vous aider à mieux le comprendre et le mettre en oeuvre, dans la douceur et la bienveillance.


Quoiqu'il en soit, si votre enfant pleure, s'il vous plait, répondez promptement à sa demande. Ne le laissez pas pleurer seul, sans contact ♡.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout